Blanche comme le lait rouge comme le sang

Blanche comme le lait rouge comme le sang

Blanche comme le lait rouge comme le sang

  • Poche: 288 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (3 janvier 2013)
  • Prix : 6.27 €

Résumé : 

Leo est un adolescent de seize ans comme tant d’autres : il aime le foot, les virées en scooter, et vit en symbiose parfaite avec son iPod. Les heures de cours sont pour lui une torture, et les professeurs constituent « une espèce protégée qui, on l’espère, s’éteindra définitivement ». Ainsi, lorsque se présente le remplaçant d’histoire et de philo, il n’en attend rien de bon. Mais le jeune professeur est différent : il incite les élèves à vivre intensément, à poursuivre leurs rêves. Leo sent en lui la force d’un lion, mais il a un ennemi effrayant : le blanc. Le blanc, dans sa vie, c’est l’absence, la privation, la perte. Le rouge, en revanche, est la couleur de l’amour, de la passion, du sang. La couleur de Beatrice. Oui, car Leo a un rêve secret qui se nomme Beatrice, jeune fille aux cheveux roux que le blanc menace d’engloutir..

Mon avis :

Ce livre …Il m’a plu sans me plaire, j’ai vu beaucoup d’avis positif mais personnellement le miens ne le sera qu’en partie.  Je n’ai pas été touchée (je suis désolé je vais paraître pour une insensible qui n’aime que le fantastique mais ce n’est pas vrai), j’ai connue des récits de maladie que je n’aime déjà pas particulièrement et j’en ai vu des plus touchant, mieux tourner… Mais passons sur ce point

 
Ici on suit Léo, Ado, un peu perturbé (à mon avis) et complètement obnubilé par les couleurs, pour lui le blanc c’est ce qu’il y a de pire, alors quand la maladie « blanche » frappe la femme de ses rêves, il lui faut grandir.
 
Plusieurs défauts à mon avis :
Léo, adolescent que l’on suit, m’a juste complètement énervé. Je l’ai pour son âge trouvé franchement niais. Mes 16 ans ne sont pas si loin que ça et je n’ai aucun souvenir d’avoir été aussi bête excusez moi… Avec ses surnoms etc … Ses aspirations, ses envies et ses croyances. Non mais franchement… Ayant du mal à la supporté j’ai forcément eu du mal à apprécier ce livre.Alors oui il grandit (un peu) à travers le roman, mais tout de même. Je crois que les premières pages ont scellé mon avis sur lui.

Ce que j’ai aimé dans ce livre : Le rêveur, un beau personnage qui m’a touché ainsi que Sylvia que malgré tout j’ai trouvé intéressant.

Par contre, j’ai aimé ce côté un peu obsessionnel de Léo, je l’ai trouvé intéressant et différent avec ses métaphores au niveau des couleurs. C’était intéressant et bien construit. Franchement j’aurais aimé l’histoire juste sur ce pan de sa personnalité, juste sur ça sans rien autour je trouvais que ca se suffisait à lui même…

 
Concernant l’histoire, je l’ai dit la maladie… Franchement on peut me critiquer mais je ne suis pas sensible à ça, surtout quand on centre un livre plus ou moins sur ça. Je ne lis pas pour pleurer, je ne lis pas pour ça. J’aime réfléchir dans mes lectures mais là je n’ai pas réfléchis car Léo m’amenait seulement à me dire : Mais qu’il est con ! Alors non le sujet ne m’a pas plu.Si vous aimez les histoires de maladie, très … réfléchie foncez, sinon passez votre chemin franchement.

Publicités
Cet article a été publié dans Critique livre comtemporain. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Blanche comme le lait rouge comme le sang

  1. Anne Sophie dit :

    Il me tentait bien mais après ton avis, ça me refroidit un peu…

  2. Johanne dit :

    Je l’ai dans ma PAL et je crois que pour le moment il va y rester lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s