La fille qui lisait des romans d’amour

Petit livre paru chez Milady en 2013 pour environ 7 €, romance. 
 
Résumé :  La vie de Cassandra Devon est une vaste histoire à l’eau de rose. Son imagination débridée fourmille de séduisants détectives, d’irrésistibles pirates et de héros plus sexy les uns que les autres. Absorbée par ses rêveries tout droit sorties des romances qu’elle dévore, Cassandra a du mal à repousser les avances de Connor, le facétieux Irlandais qui voudrait se substituer à ses fantasmes. Entre lui et le séduisant Raphaël, incarnation de l’homme idéal, son cœur balance. Lequel de ces beaux garçons saura s’attirer ses faveurs ?
 
 
Mon mot sur le sujet :
 
Hé oui ! Encore une romance ! Cette été sera l’été romantique pour moi ! Le titre de ce volume me plaisait énormément, mais j’ai eu un peu peur de l’ouvrir de peur d’être déçue car je dois avouer que le titre m’a tout de suite séduit.
 
Je suis quelqu’un qui prend plaisir à rêver à mes héros de lectures, encore plus quand ils sont beaux, romantique à souhait mais un peu mauvais garçon.
 
Cassandra notre héroïne est exactement comme ça.
Cassandra, c’est le point fort de ce livre qui ne comprend pas de suspens (en même temps dans une romance…) elle est complètement accro à ses livres, ne passe pas sa vie au coiffeur, est dingue de chocolat et tout ce qui va avec, rêvasse, elle n’a pas THE QI, bref elle pourrait être vous et moi ! Et ça c’était génial, pleines de défauts et rêveuse à souhait on la suit tant dans sa vie que dans ses fantasmes.
 
En effet, l’histoire est écrite sous trois points de vue, celui de Cassandra, celui de Connor mais également sous le point de vue de Cassandra en mode fantasme. C’est parfois très déstabilisant surtout que l’auteur (ou l’éditeur) ne saute pas de ligne entre le fantasme et la vie de Cassandra, mais cela ajoute un peu de folie au roman, dérangeant au début à la fin cette façon de faire prend vraiment un sens et devient même intéressant pour le lecteur.
 
La normalité, je crois que c’est ce que défends l’auteur, les héros (Connor ou Raph) ne sont ni pauvre ni multimilliardaire (même si un peu riche), ils n’ont pas de secret d’une enfance brisé… Bref des héros séduisant à souhait mais réaliste.
 
J’ai trouvé donc cela génial, de pouvoir rêvasser avec des héros normaux.
 
Ce roman est bien écrit, assez court pour ne pas être lassant, bien que les derniers fantasmes soient un peu long. Mais ils sont intéressant car ils traduisent l’évolution de la jeune femme.
 
L’histoire se déroule vite, pas de prise de tête quasiment pas de superflu.
 
Mon point négatif, les rêvasserie parfois un peu trop longues, surtout sur la fin et trop rapproché. J’aurais parfois voulu plus de détail également, mais il s’agit d’une romance très courte idéal sur la place et qui fait enfin l’apologie d’une fille banale avec ses addictions comme vous et moi !
3612014931-c136c71a9d3612014931-c136c71a9d3612014931-c136c71a9d3612014931-c136c71a9d
 
Publicités
Cet article a été publié dans Critique Romance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La fille qui lisait des romans d’amour

  1. Anne Sophie dit :

    j’aime la façon dont tu parles de ce livre et j’ai envie de le lire à mon tour ! meri

  2. norahtheone dit :

    Pareil qu’Anne-So:) J’étais pas emballée malgré la couv’ mais j’ai envie d’une romance sympa qui change.

  3. ammiehinahon dit :

    J’aime pas du tout les couvertures mais je le lirais peut être un jour ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s